Jours de crises à l'Université, ou de la non organisation

Publié le

Pour que vous preniez pleinement la mesure de ma souffrance d'hier, il faut que je vous explique mon parcours du combattant d'il y a 15 jours. Sachant que je reprenais mes cours de japonais le 10 février, je suis allée essayer de récupérer une clé pour les ascenseurs. Oui, les ascenseurs sont à clé...  1er jour, j'arrive seulement à 18h, aussi vite que possible après ma piqure quotidienne à heure fixe chez moi. A l'accueil central je demande comment faire pour avoir une clé. "Alors, il faut traverser toute la cours, monter les escaliers métalliques que vous voyez là, aller jusqu'au secrétarit comptable pour payer la caution. Mais là c'est 18h, il n'y a plus personne."   Dans ma tête: "Haaaaaaaaaaaaaaa! Je vais les tuer!!!"  et aussi: "mais comment font les personnes en fauteuil roulant?????" Je commence à grimper les 2 étages + mezzanine (oui, c'est un espèce de 3/4 d'étage, juste pour faire joli...) jusqu'à ma salle de cours, mais heureusement je tombe sur une prof qui me voit galérer comme une pauvre fille. Elle me propose d'utiliser sa clé pour me faire monter. Merci!!
J'arrive à ma salle, tout le monde est là. Sauf le prof. La salle a changé entre les 2 semestres, il arrive 10 minutes plus tard. On a cours au 3ème étage!! Chouette, encore de la grimpe!! Et j'ai eu aussi la joie de faire le tour complet du bâtiment, puisque la salle 327 est au fin fond du dernier couloir, dans le dernier recoin... Le cours se termine, le prof nous dit, je fini plus tôt on va tous aller au secrétariat voir si on ne peut pas m'attribuer une salle plus grande. Tout le monde démarre, et je me fais distancer, comme je ne sais pas où est le secrétariat, je me trouve comme une pauv' pomme dehors.... Heureusement que je croise 10 minutes plus tard 2 personnes de mon cours qui revenaient du secrétariat, et qui me donne mon n° de salle pour le mardi!! la 114.

Mardi, tôt dans l'aprem, Séverin m'emmène pour que je me fasse faire une clé. Je retourne à l'accueil, un mec plus humain que l'autre, me propose au moins de me faire utiliser sa clé pour que j'aille au secrétariat comptable. Seulement, pas d'indication à la sortie de l'ascenseur. Enfin si, des indications pour tout le reste des salles du niveau, mais pas le bordel comptable!!!! Je fais donc pour rien et en me tuant mes mains sur mes béquilles 15 km dans les couloirs avant de trouver !! Là une femme, pas aimable, me dit "c'est 30€ de caution, mais faut payer par chèque, ma collègue vient de fermer la caisse!". 2 choses: petit 1: "heureusement qu'il faut payer par chèque, j'ai jamais de liquide sur moi, et 30 € pensez donc!!!". Petit 2: "à 15h30 elle a fermé la caisse... Jusqu'à quelle heure êtes-vous sencé travailler Mesdames...???" Je paye, j'ai un petit papier... Parce que pensez-vous que ma clé me serait donnée là, mais non!!! Il faut que j'aille jusqu'au service technique, c'est eux qui me donneront ma clé! Alors, je dois descendre (sans ascenseur cette fois... Pas aimable me propose pas sa clé...), et refaire encore tout un autre tour pour arriver au service technique. Encore des portes battantes, encore des personnes qui comprennent pas pourquoi je suis un peu essouflée, un peu ennervée aussi... Mais VICTOIRE!! J'ai ma clé!! (1 clé Passe-Partout!! cling)

Mardi pour le cours: pas de pb, j'arrive à l'heure, je prend le 1er accès, l'ascenseur, ma salle est bien là, le prof, tout, super!

Jeudi: pour cause de rdv avec mon chirurgien, je ne peux pas aller au cours.

 Hier, je me rend à Lyon III pour mon cours de japonais. Séverin me pose devant l'entrée la plus proche de ma salle. Je constate un charmant panneau d'affichage sur les grilles: "pendant les vacances de février, accès unique par le 1 rue des Frères Lumière." C'est à dire tout à fait de l'autre côté complet du bâtiment de la manufacture des tabacs!! (youpi!! que je me dis!) Je fait le tour en évitant les cascades du Niagara qui tombent à intervalles réguliers tous les 15 mètres tout autour de ce batiment non pouvu de gouttières... J'arrive au 1 rue des frères lumière. Je franchi avec grand peine  1 escalier et 2 énormes portes à battants bien lourds. Je prend mon petit ascenseur. (merci la clé!!) je refait le tour complet du bâtiment!! (bah oui, si vous avez suivi, j'étais à côté de ma salle avant de devoir tout contourner à l'extérieur!!!!!!!) 150... 136... 127, ouf, on arrive près de ma salle... 114... Quelque chose ne va pas, la salle est ouverte, mais comme tout le reste de l'université elle est vide...

Oui, je sais, c'est les vacances! Mais la semaine passé aussi et j'avais bien cours!! A savoir aussi qu'au 1er semestre nous avions eu cours pendant les vacances de la Toussaint. Le seul jour qui a sauté a été le 11 novembre!!! En plus personne ne nous a rien dit... Alors, c'est là que je me dit que peut être j'ai pas eu de bol de rater le cours du jeudi, que peut être j'ai raté une info importante à ce moment là!! mais aussi, on reprend le 10 février et on est en vacances 15 jours plus tard???!! C'est quoi cette histoire!! J'ai vérifié une fois rentrée chez moi... Rien d'inscrit sur le papier... J'ai appelé la formation continue, les profs sont censés nous avoir fourni un calendrier en début d'année... Ce n'est pas le cas. et Eux, la formation continue, ne savent même pas laquelle des 2 semaines de vacances de février on a cours et l'autre non...

A savoir, il semblerait qu'il y ait des vacances en avril!!

Souhaitez moi bonne chance!

Publié dans La vie en vrac

Commenter cet article

Caroline 19/02/2009 14:17

Oulà, ma pauvre Cécile, tu dois être toute stressée ! C'est un peu l'horreur, mais tu es en train de vivre un truc limite journalistique. Tu sais, les journalistes qui sont en immersion totale (dans la peau d'un SDF, d'un intouchable en Inde, d'un stagiaire dans une grande entreprise) et qui ensuite écrivent un article fantastique sur ce qu'ils ont vécu, et obtiennent limite le Pulitzer ? Et bien c'est tout pareil pour toi, tu pourrais écrire un article sur les difficultés rencontrées par les handicapés, heureusement que ce n'est que provisoire et que bientôt tu gambaderas de plus belle. En attendant : total compassion et envoi de plein d'énergie positive !

Pad 19/02/2009 21:41



Gros gros éclat de rire à la lecture de ton commentaire!! Je ne m'attendais pas à ça!! Mais en effet, je vais peut être faire du porte à porte virtuel auprès des
maisons d'édition pour raconter mon combat et être publiée, traduite en 17 langues et gagner enfin ma vie!!

Les béquilles, une expérience de la vraie vie, par Cécile T.